Mesures Coronavirus (Covid-19)

1 – Enseignement en ligne ?

Après les annonces faites par le président Macron, jeudi 12 mars soir à la télévision, les crèches, les écoles, les collèges, les lycées et les universités, sont donc fermés jusqu’à nouvel ordre. Une mesure historique.

Pour assurer la continuité de l’enseignement pédagogique en dépit de la fermeture décidée par le président de la République, des écoles et universités à partir de lundi, et jusqu’à nouvel ordre, pour lutter contre le coronavirus, les ministères de l’Education et de l’Enseignement supérieur ont commencé à déployer des dispositifs d’enseignement à distance. Tour d’horizon des premières mesures mises en place pour les enfants « renvoyés » à la maison et les parents.

  • En France, il y a plus de 12 millions d’élèves scolarisés, de la maternelle au lycée, qui ce lundi 16 mars, ne retourneront pas dans leur établissement. Cette mesure concernait déjà environ 420 000 élèves dans les foyers de l’épidémie identifiés en France (Oise, Haute-Savoie, Haut-Rhin, une partie de l’Aude et une partie de l’Hérault en Occitanie, le Morbihan).
  • Pour les étudiants, les 180 établissements publics, dont 74 universités, le ministère de l’Enseignement supérieur va assurer « une continuité pédagogique », de manière à « faire fonctionner l’enseignement dans des conditions exceptionnelles ».

Première option déjà mise en place par l’Education nationale, le Centre national d’enseignement à distance (CNED), dont la plateforme pédagogique en ligne et gratuite baptisée « Ma classe à la maison » comporte deux volets.

  • Le premier propose, de la grande section à la terminale, des exercices qui portent sur les programmes des premier et deuxième trimestres. Chaque jour, pendant un total cumulé de quelques heures fractionnées en plusieurs séances, l’élève peut réviser les notions déjà apprises. Un questionnaire permet d’adapter les exercices au niveau de chacun.
  • Le deuxième volet est une « classe virtuelle », où le professeur peut faire cours à ses élèves par visioconférence. Les connexions sont possibles par ordinateur, tablette ou téléphone.

Deuxième option, l’Espace numérique de travail (ENT). Il s’agit d’intranets propres à chaque établissement, un système généralisé dans le second degré mais peu répandu dans le premier degré. Là encore, les élèves et les enseignants peuvent y échanger cours, exercices et messages. L’utilisation de l’Espace numérique de travail est laissée à l’appréciation des chefs d’établissement et dans le cas de sa mise en place, les cours en ligne sur le CNED peuvent servir d’appui en complément.

2 – Combien de personnes peuvent être connectées ?

Selon le ministère de l’Education nationale, la plateforme « Ma classe à la maison » peut supporter désormais 15 millions de connexions simultanées. Jusqu’à ce jour, elle était déjà utilisée par environ 2 000 élèves de lycées français en Asie (principalement en Chine) depuis plusieurs semaines.

3 – Quid des enfants qui n’ont pas d’ordinateur ?

Cinq millions d’enfants sur les 12 millions scolarisés dans le pays ne disposeraient pas d’équipement informatique à la maison. Le ministre de l’Education, Jean-Michel Blanquer, assure que « des solutions seront proposées à chacun, en lien avec les collectivités locales », pour ne laisser aucun élève sur le bord de la route. Aucune mesure n’a, pour l’heure, été encore annoncée par le ministère.

4 – Jusqu’à quand ?

Ce vendredi 13 mars, le ministre de l’Education nationale a évoqué une fermeture sans doute jusqu’à la fin des vacances de printemps. Pour la zone C (Paris, Versailles, Toulouse, Montpellier…), les élèves qui seront les premiers en congés le 3 avril au soir, ne retourneront donc pas dans leur établissement avant le lundi 20 avril. Pour les zones A et B, des informations seront communiquées par le ministère via la communauté éducative.

5 – Les examens seront-ils reportés ?

« Je suis favorable au maintien des examens », a déclaré Jean-Michel Blanquer. Pas question donc, pour l’heure, de reporter le brevet et le bac. Certains établissements ont néanmoins décidé d’ajouter les examens blancs. En revanche, pour les examens universitaires et les concours d’entrée aux grandes écoles, les choses seront parfois réorganisées « au cas par cas » a indiqué, ce vendredi, le ministre, sur France Inter.

6 – Est-il prévu un mode de garde pour les parents qui devront travailler ?

« Un service de garde sera mis en place région par région » pour que les personnels, « indispensables à la gestion de la crise sanitaire », puissent « faire garder leurs enfants et continuer d’aller au travail », a indiqué le président de la République.  Sont concernés, en priorité, les personnels médicaux et les secours.

7 – Quelles solutions pour les parents ?

Comment faire garder ses enfants quand on n’a aucune solution et qu’on n’est pas malade ? Le gouvernement a mis en place un dispositif exceptionnel depuis le 4 mars dernier : un arrêt de travail simplifié pour les parents dont les écoles étaient fermées à cause du coronavirus dans certains territoires. On vous répond en cliquant ici